Comment ne pas payer les frais de remboursement anticipé ?

Pour des cas de vente de bien, de rachat de crédit ou surtout de remboursement avant échéance, vous êtes contraint de payer les frais de remboursement anticipé. Toutefois, vous pouvez éviter ces indemnités en suivant des procédés légaux. Il vous suffit d’en avoir connaissance et de savoir dans quelles conditions vous en servir. À cet effet, voici quelques stratégies à mettre en place pour éviter de payer des frais de remboursement anticipé !

Attaquer le volet de la concurrence

Il est important de savoir que la négociation sur l’exonération des frais de remboursement anticipé se fait avant la signature du contrat de prêt immobilier. Partant de ce fait, l’approche concurrentielle paraît donc un puissant levier à mettre en avant en vue d’éviter de payer une IRA (Indemnité de remboursement anticipé). En effet, il existe une rivalité indéniable entre les différents établissements bancaires qui négocient et marchandent la souscription des clients auprès de leur structure. Cette concurrence s’articule autour des taux d’emprunt qui se révèlent être de plus en plus bas. Les organismes prêteurs jouent également sur :

  • les conditions de remboursement en proposant des offres plus attirantes ;
  • la souplesse sur les mensualités de plus en plus mises en évidence ;
  • les exonérations des frais de pénalité de remboursement anticipé.

De ce fait, vous pouvez parcourir plusieurs établissements bancaires en vue de dénicher celui avec lequel vous pouvez bien négocier les taux d’emprunt. Aussi, privilégiez la banque qui vous donne la possibilité de retirer les IRA des clauses du contrat. C’est en cela que vous pouvez éviter de payer ces pénalités. Cependant, ce n’est pas la seule arme à brandir.

Vous pouvez lire également :  Les principales missions que doit remplir un syndic de copropriété

Arrêter votre choix sur le taux variable ou révisable ou convenir des clauses avant signatures

Dans les faits, le taux variable est généralement dangereux en raison des variations des échéances. Toutefois, cette option gagne un avantage sur le volet de la pénalité en cas de remboursement anticipé du capital restant dû. Si vous vous y tournez, vous êtes d’office exonéré de ces indemnités. Cependant, il est essentiel de savoir que lorsque vous optez pour cette alternative, l’IRA est levé à condition que le risque de variation soit au-dessus d’un certain seuil. Celui-ci est renseigné par l’établissement prêteur.

Par ailleurs, vous avez la possibilité d’inscrire une clause dans le contrat de prêt qui vous permet de lever ou de réduire le montant des frais de remboursements anticipés. Cela reste effectif pour un intervalle d’échéances bien défini. Il est tout de même à noter que ces clauses s’opèrent à l’initiative de l’organisme prêteur en raison de la forte concurrence dans le milieu. Toutefois, il se peut que votre établissement bancaire n’en fasse pas office dans le contrat. Vous pouvez à cet effet les demander.

Émettre comme argument : le licenciement, le déménagement ou le décès d’un des emprunteurs

Vous pouvez mettre en avant l’argument selon lequel vous vous êtes fait licencier. Ce justificatif peut faire office d’exonération des frais de remboursement. Toutefois, assurez-vous qu’il reste valable. Cela voudra dire que vous devez être au chômage avant d’avancer un tel motif. D’un autre côté, si fortuitement vous êtes amené à entreprendre un déménagement pour des raisons d’ordre professionnel, vous pouvez le notifier à votre banque. Cela peut aussi vous accorder un allègement ou une levée des pénalités liées à votre remboursement anticipé.

Vous pouvez lire également :  Comment estimer le prix de son appartement ?

Par ailleurs, si vous avez procédé à un prêt groupé auprès de votre établissement bancaire, le décès d’un des emprunteurs peut rebattre les cartes sur l’IRA. En effet, la mensualité due de la personne décédée s’ajoute au reste des membres ayant fait le prêt. Pour cela, vous serez amené à payer le reste de la somme due avant échéance prévue. Cela peut représenter des manques à gagner pour la banque. Ce dernier peut donc appliquer l’IRA. C’est donc pour cette raison que vous devez avancer l’argument selon qu’il y a eu un décès dans votre rang.

Il existe alors plusieurs solutions que vous pouvez suivre pour ne pas payer les frais de remboursement anticipé. Il vous revient alors d’opter pour la stratégie qui vous convient le plus compte tenu de votre situation.

Ajouter un commentaire