Que faire en cas de prêt immobilier sans assurance ?

Entamer un chantier est un projet très dur qui demande souvent un gros budget, c’est pour cette raison que beaucoup de particuliers contractent des crédits immobiliers pour pouvoir concrétiser leur projet de construction de maison neuve ou alors lors de certains travaux de rénovation comme la surélévation de votre maison ou des rénovations énergétiques. Il est souvent conseillé aux emprunteurs d’accompagner leurs crédits immobiliers par une assurance emprunteurs. Que se passera-t-il dans le cas où l’emprunteur ne souscrit pas à cette assurance ?  C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Que dit la loi sur les prêts immobiliers sans assurance ?

Pour le moment il n’y a ni de décret ni d’article, ni de loi officielle qui obligent les contracteurs de crédits à souscrire à une assurance prêt immobilier. Mais une fois sur le terrain, il n’existe aucune banque qui accorde ce genre d’emprunts sans souscrire en parallèle une assurance crédit immobilier, puisque celle-ci représente une garantie concrète qui assurera à la banque le paiement certain de l’emprunt agréé. C’est une assurance qui prend en charge trois sinistres en vous offrant trois garanties :

  • Garantie décès ;
  • Garantie invalidité ;
  • Garantie perte d’emploi.que dit la loi sur les prets immobiliers sans assurance

Dans le cas où vous êtes victime de l’un des trois sinistres cités précédemment, votre assureur prend en charge le remboursement de la totalité de votre crédit immobilier.

Quelles sont les alternatives pour les prêts immobiliers sans assurance ?

Si vous ne préférez pas souscrire une assurance prêt immobilier, les banques mettent à votre disposition d’autres options et alternatives qui viendront se substituer à l’assurance crédit immobilier, ces alternatives sont les suivantes :

  • La caution bancaire ;
  • Le nantissement ;
  • L’hypothèque.
Vous pouvez lire également :  Est-ce que l'assurance est obligatoire pour un prêt immobilier ?

Pour ce qui est de la caution bancaire, notez bien qu’il en existe deux types. Il y a en premier lieu ce qu’on appelle la caution solidaire, celle-ci consiste à ce qu’un membre de votre famille ou un proche prenne en charge ce crédit dans le cas où vous ne serez plus en mesure de le faire et garantira son paiement jusqu’à échéance (conjoint, parents, enfants).

En deuxième lieu, vous pourrez opter pour ce qu’on appelle la caution mutuelle qui doit être prise en charge par un établissement financier différent de celui où vous contractez votre crédit immobilier, il peut s’agir de votre propre banque qui viendra se proposer pour assurer le paiement de votre emprunt en cas de sinistre.

Concernant le nantissement, il représente une option moins onéreuse que l’hypothèque. En effet, cette alternative est beaucoup plus conseillée pour les prêts immobiliers faibles et qui sont de courte durée. 

Dans la majorité des cas, c’est un produit d’épargne qui est pris comme garantie lors d’un nantissement, suivant ainsi le même principe que l’hypothèque sauf qu’ici, ce sont des produits mobiliers qui sont pris comme garantie par la banque. 

Dans le cas où vous n’honorez pas vos engagements autant qu’emprunteur, la banque aura le droit de prélever la somme nécessaire sur votre bien nanti pour pouvoir couvrir les frais de l’emprunt.

Que ce soit pour des raisons financières ou autres, choisir l’une de ces solutions vous reviendra moins cher que la souscription d’une assurance prêt immobilier proprement dite.

Ajouter un commentaire